ACHETER SES VÊTEMENTS EN CONSCIENCE : ZOOM SUR LES MATIÈRES ET LEURS IMPACTS

mode responsable
Bonjour à tou(te)s ! On se retrouve aujourd'hui avec un article mode. Plus précisément un article que j'ai écris pour vous aider à y voir plus clair en ce qui concerne les étiquettes sur nos vêtements.

Après avoir partagé ma démarche pour passer à un dressing éco-responsable en douceur, j’ai voulu aller plus loin et vraiment décortiquer les étiquettes que l’on ne lit bien souvent que pour connaître les instructions de lavage.

Jusqu’à très récemment, je n’imaginais pas que certaines matières demandaient énormément d’eau et d’énergie pour être fabriquées. A contrario, je n’avais aucune idée que d’autres se cultivaient de manière beaucoup plus frugale. En bref, j’étais complètement perdue.

Ce que je vous propose dans cet article c’est de faire un zoom sur les principales matières textiles et analyser leur impact environnementaux afin d’être bien aiguillée et d’acheter en conscience.

LES FIBRES TEXTILES À ÉVITER

mode éco responsable

LE COTON TRADITIONNEL

La production de coton traditionnel est l’une des plus polluantes au monde. Ça j’en avais déjà entendu parler mais par contre ce que je ne savais pas c’est que pour produire un seul t-shirt, ça nécessite 150g de produits chimiques (pesticides et insecticides !) et près de 3000 litres d’eau ! Sans compter que cette production nécessite ‘utilisation de chlore et de métaux lourds qui provoque des milliers de morts chaque année. Quand on sait ça, ça fait réfléchir à deux fois avant de craquer sur un énième t-shirt à 10 balles chez H&M non ?

LA SOIE

La soie est une fibre d’origine animale produite par des “vers à soie”. Ce que j’ignorais c’est qu’il fallait ébouillanter les cocons et tuer les chrysalides pour ensuite filer la soie. Il est nécessaire de tuer environ 15 vers pour 1 gramme de soie ! En parallèle, il faut savoir que la production de la soie est principalement réalisée en Chine et en Inde, ce qui pose interroge également quant aux conditions de travail sur place. Heureusement il existe des marques éthiques qui confectionnent des pièces en soie en contrôlant les usines (c’est le cas par exemple de Soi Paris que j’aime beaucoup).

LA LAINE MERINOS

La laine Merinos est la laine la plis utilisée. Elle vient du mouton et est très appréciée pour sa chaleur et sa douceur. Pour recueillir cette laine, beaucoup pratiquent le mulesing : une technique qui consiste à découper la queue et des bandes de peau sur l’arrière des moutons pour lutter contre les mouches qui pondent des larves dans les replis de la peau (ce qui provoque ensuite des infections). Cette pratique est souvent réalisée sans anesthésie, et laisse leur chair à vif. On n’imagine pas que de telles méthodes existant et pourtant c’est bien le cas. Sans compter les émissions de gaz à effet de serre qui sont importants.

LA VISCOSE

Produite à partir de matière première végétale, la viscose est surtout le résultat d’un procédé chimique polluant et toxique (dissolution de la cellulose et usage de soude caustique, d’acide sulfurique et de disulfure de carbone.) Pas top !

LE POLYESTER

Il s’agit de la fibre synthétique la plus utilisée. Il faut savoir qu’elle a la particularité de rejeter des petites particules de plastique au lavage. (je vous en parlais dans cet article sur les maillots de bain)

L'ACRYLIQUE

Elle est fabriquée à partir de nombreux produits chimiques, tels que les solvants ou le cyanure d’hydrogène, un gaz extrêmement toxique pour l’être humain. En plus d’un impact humain sa fabrication est un désastre pour l’environnement.

LA POLYAMIDE

Utilisés surtout pour les collants et les maillots de bain, le procédé  dont le procédé de fabrication utilise aussi des composants irritants et toxiques. il faut le savoir.

Parmi les fibres textiles à éviter on retrouve aussi, la fourrure (évidemment !), l’Angora, le cachemire (dont la fabrication implique souvent des souffrances animales) et bien entendu le cuir (production gourmande en eau et élevage polluant).

Il existe des marques éthiques qui proposent des vêtements en cuir et en soie qui offre une traçabilité donc à privilégier.

LES FIBRES TEXTILES À PRIVILÈGIER

mode responsable

LE COTON BIOLOGIQUE

Attention, tous les cotons biologiques ne se valent pas. Il faut privilégier les fibres en coton biologique certifié GOTS (Global Organic Textile Standard), dont la culture est beaucoup moins polluantes. En effet, la production nécessite moitié moins d’eau que pour le coton traditionnel. De plus sa culture utilise des engrais naturels.

LE LIN

Le lin est véritablement l’une des fibres les plus écologique. Pourquoi ? D’abord, parce que sa culture ne nécessite pas d’irrigation. De plus elle utilise très peu de produits chimiques et ne produit pas de déchets pour la bonne raison que tous les éléments de la fibre sont réutilisés. Enfin, le lin est une fibre locale, majoritairement cultivé en Europe de l’Ouest et bonne nouvelle : la France étant le leader mondial en la matière !

LE MOHAIR ET L'ALPAGA MADE IN FRANCE

Si comme moi vous ne souhaitez pas vous passer de la laine en hiver, il faut savoir que l’on trouve de la laine mohair en France (qui provient de la chèvre Angora). Pour l’alpaga on en trouve un peu partout notamment aux USA, en Angleterre et aussi en France.

Ces chèvres ont l’avantage de produire beaucoup de laine, de plusieurs couleurs, ce qui limite l’utilisation de teintures. 

LE LYOCELL

Le lyocell est une fibre qui est 100% biodégradable, fabriqué à partir de pulpe de bois (issu de forêts gérées durablement), et d’un solvant non-toxique, recyclé à plus de 99%. C’est une fibre écologique qui ne nécessite que très peu d’eau pour sa fabrication.

Récemment je vous ai partagé en story l’achat d’un short en lyocell chez Mango dans leur gamme éco-responsable « Commited ».

Voilà un aperçu des principales caractéristiques des fibres textiles que l’on rencontre le plus souvent. Je n’avais pas du tout l’habitude de lire les étiquettes de mes vêtements (sauf comme je le disais pour lire les instructions de lavage 😉 ) et maintenant je ne me vois plus du tout acheter un vêtement sans regarder l’étiquette ! Un peu comme pour la composition de mes cosmétiques ou les étiquettes des produits alimentairesque je consomme !

J’espère que cet article vous aura aidé à y voir plus clair. Acheter en conscience c’est hyper important et même si ce n’est pas facile de changer ses habitudes, en faisant un peu chaque jour, on change beaucoup de choses finalement.

Retrouvez mes autres articles sur la mode éthique et responsable en cliquant ici.

Dites moi en commentaires si vous lisez les étiquettes de vos vêtements ou si c’est quelque chose de nouveau (ça l’est pour moi en tous cas !) ?

Partager :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

@emmanuellemiralles