Nous rentrons d’un road trip de 10 jours au Quebec et la question de son organisation a été particulièrement complexe une fois les billets réservés.

En effet, bien organiser son road trip, en fonction du temps que l’on a sur place, de nos préférences de voyage, de notre budget… sans connaître la destination n’est pas chose aisée.

 

Comment bien organiser son road trip au Quebec ?

Si vous avez prévu un road trip au Quebec mais que vous ne savez pas par où commencer, ce guide va vous aider à l’organiser le mieux possible.

Vérifier la validité de son passeport et faire sa demande d’AVE (Autorisation de Voyage Electronique)

Avant toute chose, vérifiez la date de validité de votre passeport : elle doit dépasser d’au moins un jour (idéalement  6 mois) la date de retour.

Deuxième élément indispensable pour entrer sur le sol canadien : l’AVE ou Autorisation de Voyage Electronique.

En effet, même si les citoyens français n’ont pas besoin de visa (pour un séjour inférieur à 90 jours) ; depuis le 15 marcs 2016, il est obligatoire d’obtenir une AVE. Le coût est de 7$ par personne et elle se demande sur ce site.

La démarche s’effectue en ligne : c’est simple, rapide et vous recevez votre autorisation par mail dans l’heure qui suit (sauf exceptions). L’AVE est valable 5 ans à compter de la date d’autorisation.

Attention : ces lois et règlements peuvent changer sans préavis, vérifiez toujours ces informations avant de partir.

Enfin, si dans votre circuit vous prévoyez une étape aux USA, il faudra impérativement vérifier que vous disposez d’un passeport biométrique. Par ailleurs, le formulaire ESTA est obligatoire pour fouler le sol américain, la demande est à effectuer ici.

Réserver son vol

Pour ce voyage nous avons réservé nos vols sur Expedia 4 mois avant la date de départ.

Nous avons beaucoup cherché avec différents comparateurs pour trouver le billet le moins cher à nos dates et nous avons finalement réservé nos allers retours avec Air Canada depuis Lyon pour 410 euros par personne (bagages compris).

C’est parfois très énervant d’effectuer cette démarche puisque les prix sur l’aérien fluctuent énormément mais gardez en tête ces quelques conseils qui nous ont toujours servis :

  • essayer de réserver vos vols bien à l’avance pour avoir les meilleurs tarifs : plus on s’approche de la date de départ plus les vols sont théoriquement remplis donc les places plus chères. Suivant les destinations et les périodes, il faut réserver ses vols plusieurs mois à l’avance pour bénéficier des meilleurs tarifs.
  • comparer, comparer, comparer : pendant la période de recherche, n’hésitez pas à regarder sur tous les comparateurs de vols et dans la mesure du possible modifiez un peu vos dates et éventuellement les aéroports proches pour trouver la combinaison la moins chère.
  • cliquer sur valider : trop de recherche tue la recherche. A un moment donné, lorsque vous jugez que la combinaison de vols correspond à vos dates et à votre budget, réservez ! Même si on espère toujours secrètement trouver mieux pour moins cher, les prix changent tellement d’heures en heures que vous risquez de perdre vos places très vite. A un moment donné il faut arrêter les recherches et réserver.

 

Choisir la bonne période

Selon la période, les tarifs des billets varient énormément. Par exemple pour le Quebec, la haute saison se situe de mi-mai à fin octobre avec un pic en juillet et août. Et les climats peuvent être différents suivant les périodes. Début mai par exemple nous avons eu très froid autour de Quebec et très chaud les derniers jours à Montréal (un écran de presque 30 degrés en 10 jours !)

Sachez que le printemps au Quebec est une saison plutôt sèche et ensoleillée alors que l’été l’humidité est beaucoup plus présente et les températures peuvent grimper très haut.

Enfin sui vont votre itinéraire, certains endroits peuvent être sur-fréquentés pendant les vacances scolaires notamment les parcs nationaux.

Si vous pouvez privilégiez plutôt le mois de juin ou l’été indien (septembre, octobre) pour les couleurs automnales exceptionnelles.

Préparer son itinéraire en fonction de la durée du séjour

Une fois les billets réservés, vient le moment de préparer son itinéraire. On n’y pense pas forcément au moment de la réservation mais suivant l’itinéraire que l’on souhaite effectuer, certaines connexions de vols sont à privilégier.

Par exemple, il est préférable d’arriver à Montréal et de repartir depuis Toronto si l’on souhaite se rendre aux Chutes du Niagara. Ou alors Arrivée à Québec et repartir depuis Montréal pour éviter de rallonger le trajet.

Notez tout de même que ces combinaisons de vols sont certes beaucoup plus pratiques sur place mais peuvent engendrer un coût supplémentaire. Sans compter que pour la location de la voiture des frais d’abandon peuvent s’appliquer.

Louer sa voiture

De nombreux loueurs sont présents à l’aéroport comme Europcar, Avis ou encore Hertz ; pour notre part nous avons loué notre véhicule au centre ville dans l’agence Hertz de la rue Drummond. En effet, nous avons préféré visiter Montréal sans nous encombrer d’un véhicule.



Bon il va sans dire que la question de la voiture pour l’organisation d’un road trip est essentielle. En effet, vous allez y passer beaucoup de temps pendant le séjour et il est important de s’y sentir bien.

Par ailleurs, avec le nombre de kilomètres que vous allez effectué avec, on vous conseille vivement de ne pas la choisir à la légère.

Nous avons opté pour un SUV (et nous avons été surclassés pour finalement rouler avec un mini fourgon ! Une Toyota Sienna.) On vous recommande vraiment de choisir un véhicule assez confortable (oubliez les citadines) qui va bien encaisser les kilomètres.

Pour notre road trip nous avions sélectionné un SUV avec une assurance incluant le remboursement de franchise, le kilométrage illimité, le plein d’essence et la climatisation.

Une fois sur la route vous constaterez que le tarif de l’essence au Quebec, même s’il a un peu augmenté ces derniers mois reste inférieur au tarifs français. Pour faire le plein, on trouve des stations services très régulièrement sur les routes eu autoroutes donc pas d’inquiétude.

Nous avons payé 420CAD ce qui correspond à peu près à 280 euros.

Au Quebec, les routes sont la plupart assez droites et les voitures automatiques mais pour autant il ne faut pas négliger votre véhicule.

Sur le plan administratif, le permis français suffit.

Le Code de la Route

Même si le code de la route français et le code de la route au Canada diffèrent sur plusieurs points, conduire au Québec est très facile. En effet, les voitures sont automatiques et les routes sont globalement en bon état, larges et droites sur des centaines de kilomètres. De plus, les gens sont plutôt calmes au volant et courtois.

Les particularités
  • le feu vert clignotant signifie que vous avez la priorité pour tourner à gauche en toute sécurité
  • la vitesse sur autoroute : on peut rouler entre 60km/h et 100km/h mais une loi tacite autorise une vitesse de 120 km/h
  • le virage à droite au feu rouge (c’est un privilège pas une obligation) : il est permis au Canada sauf sur l’île de Montréal et aux intersections où se trouve un panneau d’interdiction. Attention, lorsque vous voulez tourner à droite au feu rouge, vous devez redoubler de prudence, car vous avez des obligations à l’égard des piétons. Avant de tourner à droite à un feu rouge, arrêtez-vous ! L’arrêt complet est obligatoire. A noter que le piéton a toujours priorité si un feu pour piétons l’autorise à traverser. S’il n’y a pas de feu pour piétons, il a la priorité au feu vert.

Obligation de tourner à droite, à gauche, tout droit,…
Si vous voyez ce panneau, cela signifie que vous êtes dans l’obligation de tourner à droite ou de continuer tout droit. En aucun cas vous ne pourrez tourner à gauche.

Il existe des panneaux comme celui-ci pour plusieurs situations: obligation de tourner à gauche, continuer tout droit…

  • l’intersection à 4 stops : lorsque vous arrivez à une intersection à 4 arrêts, c’est le premier qui s’est immobilisé qui repart en premier. Il est de mise de toujours avoir un contact visuel avec les autres conducteurs afin de confirmer vos intentions.
  • les panneaux de sorties d’autoroute : le numéro de sortie d’autoroute est toujours écrit en jaune sur les panneaux de sortie A noter que les numéros correspondent au kilomètre auquel vous êtes rendu donc si vous passez à côté de la sortie 145 et que votre destination est la sortie 155, vous savez qu’il vous reste 10 km à parcourir avant votre sortie.)

Réserver ses hébergements

Nous avons réservé tous nos hébergements avant de partir pour plus de tranquillité. À Montréal et à Québec nous avons opté pour des appartements alors que pour le reste du voyage nous avons logé à l’hôtel.

Il est possible en basse et moyenne saison de réserver ses hébergements une fois sur place mais on ne vous le conseille pas en haute saison.

Pour nous, avoir un point de chute déjà prévu à chaque étape nous a soulagé et a facilité l’organisation de nos journées de visite.



Bien sûr nous reviendrons en détails sur chaque étape et donc sur les hébergements que nous avons réservé dans d’autres articles dédiés.

 

La nourriture au Quebec et comment calculer la taxe et les pourboires ?

Sur la route, il est très difficile de trouver de quoi se restaurer sainement. On trouve surtout des enseignes de fast food. Parfois nous nous arrêtions dans des supermarchés pour acheter des salades, des fruits ou des sandwichs mais en règle général on mange plutôt très gras. A l’exception de Montréal où l’on trouve davantage de diversité, pour bien manger il vous en coutera assez cher.

Concernant les prix, ils sont affichés sans les taxes qu’il faut ajouter.

Au Québec, les taxes sont d’environ 15 %. Donc si un article est affiché à 100 $, prévoyez qu’à la caisse, il vous faudra débourser autour de 115$.

Le tout se complique dans les restaurants, puisqu’il faut en plus ajouter le pourboire (environ 15 %) qui n’est pas inclus dans les prix affichés.

Par exemple, pour un plat affiché à 20 $, n’oubliez pas qu’au moment de payer, un montant d’environ 2,60 $ sera ajouté pour les taxes (15 %) et vous devrez penser à laisser un pourboire d’environ 15 % au serveur, soit plus ou moins 3 $.

Quid de la taxe fédérale ? La TPS ou Taxe sur les Produits et Services (TPS) de 5% est applicable sur toutes les transactions au Canada, à l’exception de la nourriture de base.

À cette taxe fédérale, il faut ajouter une taxe de vente provinciale qui est appliquée sur toutes les transactions. Au Quebec elle est de 9.975%

Voilà en ce qui concerne les différentes informations qui faciliteront la préparation de votre voyage? On vous dit à très vite pour la suite du voyage.