PASSER À UN DRESSING ÉCO-RESPONSABLE EN DOUCEUR

dressing responsable
Hello les filles! Comme vous commencez certainement à le savoir si vous me suivez sur Instagram (@emmanuellemiralles) et sur Youtube ( Evaloha), je suis en pleine réflexion sur ma manière de consommer, notamment en matière de mode. Il me semble qu'en ce qui concerne la prise de conscience éthique, cela se fait sur la durée selon chacun bien sûr et ça commence souvent par l'alimentation. Se soucier de ce qu'on met dans nos assiettes : la provenance des produits, les modes de productions, l'impact écologique...).

S’en suit les cosmétiques : pareil on s’interroge sur ce qu’on met sur sa peau. Les ingrédients, les compositions, les tests sur les animaux… En tout cas pour ma part c’est exactement ce qui s’est passé. Je me suis dit que c’était très bien de choisir des produits alimentaires de qualité, cultivés raisonnablement, en circuit court… mais dans ce cas pourquoi mettre n’importe quoi sur ma peau ?

En ce qui concerne la mode, le déclic a été très récent. En fait j’ai été à plusieurs reprises très concernée par cette urgence de modifier ma manière de consommer mais je n’ai jamais vraiment pris le temps de me pencher sur la question. Et puis j’étais très mal informée sur l’existence des petites marques éthiques, françaises qui proposent des pièces vraiment belles et tendances !

Voilà où j’en suis aujourd’hui dans ma démarche. J’ai beaucoup de chemin à parcourir, j’en suis consciente mais ce cheminement va être très riche je le sens !

C’est justement l’objet de cet article : partager les étapes que je respecte petit à petit pour passer à un dressing éco-responsable en douceur, à mon rythme et surtout sans pression.

Plutôt que de jeter tout mes vêtements existants à la poubelle, sous prétexte qu’ils n’étaient pas éthiques,  j’ai fait un gros tri. En fait, c’est une habitude que j’ai prise depuis la lecture du livre « La Magie du Rangement » de Marie Kondo. A chaque changement important de saison (automne et printemps) je fais le point sur les vêtements que j’ai porté ou non, ceux qui sont trop petits, trop larges, plus du tout ajustés… ceux aussi qui ne me plaisent plus et que de fait, je ne porte plus.

Autant d’une année à l’autre je suis émerveillée de retrouver certaines pièces, autant il y en a que je ne porte jamais et que je garde (étant émotionnellement attachée à certaines pièces). A ce moment là je me mets un coup de pression, je trie et je donne ceux que je ne porte plus. Récemment je l’ai fait pendant le confinement et j’ai donné une quantité incroyable de vêtements.

Ce qui m’a amené à un constat simple : j’achète beaucoup trop de vêtements de mauvaise qualité que je ne porte qu’une saison, voire carrément pas du tout !

Normalement l’état du tri nous amène à avoir une idée assez précise de nos goûts, et de fait de notre style. A quoi ça sert de racheter une blouse imprimée alors que je ne porte que des vêtements unis par exemple ?

C’est bien aussi de déterminer en amont les couleurs qui nous plaisent et aussi celles qui nous vont ! Pour ma part, en fonction de l’évolution de mes goûts et en tenant compte de ma carnation, de la couleur de mes cheveux, de mes yeux... J’arrive à cerner « mes » couleurs. En effet, je ne porte du noir et du gris que rarement alors je ne vais certainement pas acheter une pièce très couteuse dans ces deux coloris. En revanche, le camel, le beige et le doré sont des nuances de teintes vers lesquelles je me verrais davantage investir et que je me vois bien portées sur le long terme.

De même, attention aux tenues que l’on voit portées par des mannequins d’1m80 pour 45 kg. Le rendu sera forcément différent si notre morphologie l’est ! De même, j’ai arrêté de conserver mes jeans trop serrés en espérant rentrer dedans un jour. Le côté pervers de cette attitude est qu’en le voyant dans mes placards, je culpabilisais de ne pas avoir entamé le régime qui me permettrait de rentrer enfin dedans ! Dorénavant, je donne ! Et si un jour je maigris ou ma morphologie se modifie un peu et bien j’investirais à ce moment là dans une autre pièce en récompense des efforts fournis.

Enfin, ce qui peut être agréable par la suite, c’est de classer dans sa penderie ses vêtements par dégradés de couleur. Visuellement ça donne une sensation d’harmonie et puisque nous n’avons conservé que ce que nous portons, ce qui nous va et nous plait, ça permet de gagner un temps fou le matin au moment de choisir sa tenue du jour 😉

Désormais, l’enjeu de la démarche est de passer moins de temps en ligne ou en boutiques. D’ailleurs, les e-shops que je découvre en ce moment sont plus confidentiels et les boutiques sont bien sûr plus intimes, moins fréquentées. De même la notion de promotions, de soldes ou autres démarques ne fera pas partie du vocabulaire de l’enseigne. Je crois d’ailleurs que c’est bien là un véritable indicateur qui nous guide vers la bonne direction en cas de doute. Et pour cause, les stocks sont bien souvent prévus en quantité raisonnée. Et les pièces sont parfois fabriquées à la demande ! Par exemple mes baskets Anaki que vous voyez sur les photos et que je porte très régulièrement ont été fabriquées selon une démarche éthique (pour info je les ai achetées en pré-commande afin de produire en fonction de la demande).

Par ailleurs, les tarifs seront de fait plus élevés (la qualité des matières choisies, les modes de fabrication, le lieu de fabrication…) ce qui pour ma part me force davantage à me poser la question de la réelle nécessité de mon achat.

Je reviens ici à lune des premières phrases de l’article, à savoir qu’il n’est pas question de tout jeter à la poubelle si notre dressing est uniquement constitué de vêtements « classiques ». Comme pour tout, le secret du véritable engagement est le plaisir. Pas question de me culpabiliser et d’acheter des choses qui ne me plaisent pas sous prétexte que ça correspond à mes valeurs. Si j’ai besoin d’une pièce bien particulière et que je ne trouve pas mon bonheur chez les petites marques éthiques et bien exceptionnellement je l’achèterai au sein d’une enseigne plus traditionnelle. Alors bien sur ce n’est absolument pas le but du jeu mais de même que je craque de temps en temps pour une pâtisserie sans culpabiliser, l’important c’est aussi de pouvoir sortir du cadre si besoin. Et puis j’y reviendrai un peu plus loin, il y a aussi la question du budget à prendre en considération. Et il faut noter que de plus en plus d’enseignes proposent également des gammes éco-responsables comme la gamme Conscious chez H&M ou bien la capsule Commited chez Mango. D’ailleurs j’ai récemment acheté ce joli short kaki en lyocell chez Mango. On est bien d’accord qu’il n’est pas question de se leurrer mais je tenais quand même à encourager ces initiatives qui vont dans le bon sens.

Depuis un petit moment, j’essaye le plus possible de sélectionner des vêtements qui s’accordent les uns avec les autres. Pourquoi ? Et bien pour pouvoir associer mes vêtements facilement et pas me retrouver avec des pièces fortes qui ne vont pas du tout ensemble. En outre, je mise énormément sur les basiques. Du jean, des chemises claires, des tops basiques et des couleurs qui s’accordent bien. A mon sens, harmoniser sa garde robe possède deux avantages. Le premier : pouvoir porter tous ses vêtements et gagner un temps fou le matin. Par exemple, en ce moment j’aime beaucoup les teintes nude (voir mes inspirations sur Pinterest) ; que ce soit pour ma garde robe ou ma déco. Des tonalités chaleureuses et douces qui s’accordent bien avec mes jeans et mes accessoires. C’est parfait !

En ce qui concerne les basiques je suis à la recherche de tops en coton biologique mais j’ai entendu récemment dans un podcast que le coton biologique était en fait rarement éthique. Il est en effet nécessaire que le coton bio arbore la certification GOTS pour être responsable. Donc je poursuis mes recherches 😉

Pour finir, on en reveint au budget. En effet, acheter éco-responsable est souvent synonyme de coûteux. En fait, c’est logique puisque les matières utilisées sont plus nobles, les méthodes de fabrication sont plus respectueuses de l’environnement, de l’humain… Ces frais s’imputent forcément sur le produit fini et c’est normal. Et puisque nous  n’avons pas toutes le même budget à consacrer à l’achat de nos vêtements, cela peut être une bonne option de se tourner vers la seconde main. J’avoue que pour ma part ce n’est pas quelque chose que j’ai envisagé jusqu’à présent mais aujourd’hui je me dis : pourquoi pas ? Je reviendrai pour vois en parler plus en détails dans un autre article quand j’aurai moi-même testé ! Je sais qu’il y a plusieurs enseignes de seconde main notamment Vide Dressing et Vinted. On en reparlera 😉

dressing eco responsable

Voilà, j’espère que cet article vous aidera à y voir plus clair dans cette démarche. Et pourquoi pas vous aura inspirée à vous poser des questions sur votre consommation en matière de mode ? N’hésitez pas à me laisser un commentaire pour me donner vos astuces et vos idées 😉

Si vous souhaitez aller plus loin sur le sujet, je vous conseille cet article rédigé par Hélène de Gayaskin ou encore le fabuleux documentaire The True Cost (dont je vous mets la bande annonce ici) Il est sur Netflix normalement (mais pas en ce moment !).

Et si vous voulez en savoir un peu plus je vous laisse regarder la vidéo sur mon déclic et mes objectifs de consommation afin d’adopter un mode de vie plus responsable :

MON DÉCLIC ET MES OBJECTIFS EN VIDÉO

Partager :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

@emmanuellemiralles